HYPNOSE ERICKSONNIENNE

 

L'Hypnose Ericksonienne, a contrario de l'Hypnose classique, laisse beaucoup de place au Sujet en tant qu' Etre unique.

Elle s'appuie sur l'idée que c'est le Sujet qui détient la solution à son problème, mais qu'il n'en a pas conscience. 

 

L'hypnothérapeute est juste là pour aider son patient à se connecter à son subconscient, qui détient la solution à son problème, car de lui-même le patient n'y est pas arrivé. Mais finalement, on peut dire que c'est le sujet lui-même qui est l'acteur de sa propre guérison.

 

Pour cela, l'hypnothérapeute amène son patient à expérimenter un état modifié de conscience : qui correspond à la mise entre parenthèse, en quelques sortes, de la conscience dite ordinaire, au profit de l'éveil d'une "conscience inconsciente qui sait plus que le conscient ce qui est bon pour soi", dixit Milton Erickson. 

 

La stimulation de cette Conscience "éclairée" par  l'Inconscient permet donc la prise de conscience des émotions, sentiments, conflits internes, peurs  ou autres représentations inconscientes qui pouvaient bloquer le Sujet,  ou qui le portent et peuvent expliquer son comportement.

 

Cela revient à sonder son monde intérieur dans un état de semi-somnolence plus ou moins profond avec un objectif prédéfini ensemble au préalable.

 

 

Au delà de la seule prise de conscience de ce qui était jusqu'alors refoulé, cet

état particulier de conscience que nous expérimentons en Hypnose nous amène également à nous libérer définitivement de ce qui peut bloquer en nous, d' images internes ou schémas de pensées toxiques. 

 

Si la Sophrologie entraîne aussi, comme toute activité favorisant l'introspection,  une prise de conscience de ce que nous portons en nous, cette discipline n'a pas pour objectif direct, comme avec l'hypnose, d'amener l'individu à prendre conscience de l'origine de ses problèmes internes, de sa souffrance, ni de s'en  libérer ; même si cela peut aussi arriver.  

 

L'hypnose part de ce qui fait problème chez le Sujet et vise à mettre en place la résolution de ce problème ; ce qui est moins le cas avec une simple séance de sophrologie qui a pour objectif premier d'amener la personne à se détendre.

 

l' HYPNOSE ERICKSONNIENNE

 n'induit pas une perte de conscience,

 

 mais  au contraire active

 

une super vigilance inconsciente

 

qui nous veut du bien.

 

Très longtemps,  l’hypnose  a  été  assimilé  à  de la manipulation mentale, dans le mauvais sens du terme.  On pensait  que  l’hypnotiseur  exerçait son influence  sur  sa  pauvre victime sans que  celle-ci puisse se défendre.

 

L'hypnose est  ainsi  souvent perçue comme  une  pratique "magique", ou toute-puissante, auréolée d'un certain mystère. L'hypnose évoque dans l'imagerie populaire une sorte de pouvoir occulte de celui qui l'utilise. Or, il n'en est rien !

Il a été démontré que le thérapeute ne peut exercer une influence  sur autrui que si celui-ci est librement consentant. L'influence de  l'hypnothérapeute  sur  votre  inconscient n’est donc pas toute  puissante ! 

 

L'hypnotiseur n'est donc pas un magicien ou grand gourou qui va vous transformer  en une séance ! 

 

Il  y a  des "sécurités" dans notre cerveau, des mécanismes de défense,  qui nous empêchent de faire quelque chose de contraire à nos valeurs.

 

Alors, si vous vous mettez à faire un strip-tease commandé par un hypnotiseur de foire, ce n’est pas qu’il vous contrôle, mais plutôt que vous possédez quelques pulsions exhibitionnistes qui ne demandaient qu'à  s'exprimer, sous couvert que l'on vous  y pousse  !

 

Je  rajouterai,  au risque d'en décevoir certains, que vous avez forcément déjà   fait l'expérience de l'hypnose.

 

 Quand ? Comment   ?    

 

Par exemple :  

- quand vous conduisez votre voiture et que soudain vous réalisez que vous avez freiné "tout seul", sans "faire attention", mais à bon escient car le feu passait au rouge. Et cela,  alors même que vous étiez à ce moment là  "perdu"  dans vos pensées ; lesquelles vous avaient emmené  bien loin  de la vigilance consciente au code de la route.

  - quand vous parlez au téléphone tout en dessinant, gribouillant sur une feuille. ETC...

 

Il s'agit  tout simplement 

d'un état de dissociation furtif 

temps pendant lequel vous êtes

en même temps 

parfaitement  dans l'ici et maintenant

et tout à fait ailleurs

à la fois somnolent et hyper-concentré sur ce qui se passe en vous. 

 

Cet état de dissociation est normal et ordinaire.

  Nous en faisons tous  l'expérience au quotidien.

 

Les séances d'hypnose consiste à susciter volontairement cet état de dissociation pendant environ  50  minutes ; temps pendant lequel le Sujet est à la fois "en contact rapproché" avec son Inconscient et parfaitement conscient d'être là, en train de faire une séance d'hypnose qu'il peut interrompre à tout moment s'il en ressent le besoin.

 

La séance se prolonge  par un temps  de verbalisation qui permet de fixer les moments forts de la séance, de mettre du sens sur ce qui a été vécu et ressenti au cours de la séance.